Vous êtes ici

Durée de cotisations : l'U2P porte la voix des chefs d'entreprise de proximité dans la réforme des retraites

19 octobre 2022

Si la durée minimale de cotisation pour une retraite à taux plein conduit naturellement à travailler plus longtemps et donc à prendre sa retraite plus tard, pour autant force est de constater que dans les activités de proximité comme dans l’ensemble des activités économiques l’âge d’entrée dans le milieu professionnel est devenu plus tardif.

 

De fait, avec des entrées sur le marché du travail dans les entreprises de proximité qui est plutôt autour de 18-20 ans et non à 14 ans comme précédemment, aller au-delà des 43 annuités prévues par la réforme Touraine rend difficile un accroissement de ce paramètre.

 

Ceci est d’autant plus vrai pour les travailleurs indépendants qui, tout en ayant une activité professionnelle continue, peuvent subir des aléas qui mécaniquement entraîne une diminution de leurs revenus professionnels pouvant impacter leur nombre de trimestres de retraite validés et un recul de l’âge auquel ces assurés pourraient partir à la retraite à taux plein.

 

Pour autant, la question de l’accélération du calendrier de montée en charge de l’allongement de la durée d’assurance nécessaire pour obtenir une retraite à taux plein prévue par la loi de 2014 peut-être posée.

 

Il convient toutefois de préciser que si la combinaison du décalage de l’âge légal de départ en retraite et de l’accélération du calendrier « Touraine » peut s’envisager pour autant l’effet de cette combinaison serait difficilement acceptable si le décalage de l’âge légal se faisait sur la borne haute annoncée par le Président de la République (65 ans).